752319396_5a15216b65_m

Suivi de ses grossesses, préparations à la naissance, rééducations postnatales,  nous nous connaissons depuis des années.  Ce jour là, son appel est particulier, presque mystérieux, « Faut que je te voie, je t’expliquerai ». Rendez-vous est pris. 

L’histoire est finalement simple. Une escapade amoureuse prévue dans quelque temps et elle vient de calculer que, pif, paf, ses règles vont tomber juste à ce moment-là. Alors elle voudrait deux plaquettes de pilule à enchainer pour éviter tout saignement intempestif. Sa contraception est efficacement assurée par un DIU*. Les deux plaquettes, ce serait juste pour contrer les velléités d’expression de sa muqueuse utérine…

Choix a priori judicieux, mais elle présente quelques antécédents qui me semblent plus ou moins contre-indiquer la prise d’une pilule. Manquant d’éléments, je ne veux pas m’aventurer à une prescription. Elle comprend ma position et acquiesce à ma suggestion de consulter plutôt son médecin, détenteur de l’ensemble de son dossier médical.

Quelques temps plus tard, je la revois pour un autre motif et découvre à cette occasion la fin de l’histoire.

Elle n’est pas allée voir le médecin, peu enthousiaste à l'idée de lui confier des détails de sa vie amoureuse et sexuelle.

Elle s’est juste… concentrée… et son cycle régulier au jour près depuis des années s’est … décalé ! Deux jours gagnés au premier cycle, trois jours encore au suivant… ses règles se sont terminées juste avant l’escapade.               

Il suffisait d’y penser très fort.

 

Cette anecdote me semble une excellente façon de commencer l’année. 

Si chacun nous croyons vraiment à nos rêves, tous nos rêves, les plus modestes comme les plus grands, peut-être l’année 2012 les verra-t-elle se réaliser ?

Je souhaite à toutes et tous une excellente année 2012.

Je vous laisse, faut que j’aille me concentrer très fort sur les maisons de naissance !

 

*DIU = dispositif intra utérin (ex stérilet)

©Photo


Parmi les espoirs évoqués ici, l’un d’eux vient de se concrétiser. L’article 44 de la LOI n° 2011-2012 du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé donne enfin aux sages-femmes la possibilité d’assurer le suivi biologique de la contraception hormonale.