56378640_abea021867_o

Réunion de professionnels de la périnatalité. Le débat s'oriente sur les protocoles qui s'imposent chaque jour plus aux équipes de maternité.

Plusieurs sages-femmes défendent une prise en charge sur mesure, souhaitant que les dits protocoles ne s'appliquent qu'en cas de pathologie avérée.
Elles soulignent ensuite combien nos prises en charges standardisées nous éloignent des processus physiologiques, se  défient de l'enchainement de nos actes, insistent sur la nécessité de mesurer nos gestes.

Un des obstétriciens présents s'interroge sur la définition de la physiologie.
S'en suit un échange animé. Un accouchement sous péridurale est-il physiologique ? La rupture artificielle de la poche des eaux rentre-t-elle dans la définition ? La perfusion d'ocytocine ? Et le monitoring continu ? Chacune des situations faisant le quotidien des salles d'accouchement est analysée. Sans surprise, la façon dont chacun les classe se révèle à géométrie très variable.

Certaines sages-femmes sont pourtant catégoriques. Le respect de la physiologie passe par l'abstention de toute intervention. Lorsqu'un accouchement évolue normalement, leur fonction relève bien plus l'accompagnement vigilant que des actes. 

Paraissant sincèrement étonné, un des médecins s'écrie «Vous ne posez pas de perfusion, vous ne rompez pas la poche des eaux ? Mais qu'est-ce que vous faites alors ? » ...