279840333_4ccb62d3ba_bJamais je n’aurais pensé me retrouver un jour dans les bureaux luxueux - cuir, verre, acier et moquette épaisse – d’une banque située sur les Champs Elysées. Les hasards de la vie m’ont désignée volontaire pour y accompagner une de mes collègues et amie, responsable associative, que la dite banque avait contactée pour envisager un partenariat avec notre profession.

Nous sommes donc très dignement reçues par de multiples agents d’accueil à la politesse un brin sirupeuse. Passage obligatoire de nos sacs - mon sac à dos détonne un peu - aux rayons X. Je vois avec quelque inquiétude mon ordinateur s’éloigner lentement sur le tapis roulant. Le gardien en uniforme cherche à me rassurer, "Pas de souci, c’est comme quand on prend l’avion". Quand j’annonce que je ne le prends jamais (à chacun ses phobies …), il peine à masquer sa surprise. Comment peut-on vivre sans ??

Une hôtesse en tailleur aux couleurs de la compagnie nous accompagne ensuite dans une enfilade de couloirs ouatés. Notre interlocuteur désigné nous accueille dans son élégant bureau en nous servant un café tiède et fadasse ; bien la peine de naviguer dans les hautes sphères de la finance !

Il annonce d’emblée qu’il va nous présenter son groupe. Nous voilà parties pour une bonne demi-heure de monologue sur sa World Company, l’ISF et les niches fiscales. Plus il parle et plus je m’étonne qu’il ait pu penser que les sages-femmes soient une "cible" intéressante. Il se réjouit de sa clientèle premium, nous adresse un clin d’œil appuyé en précisant qu’il n’y a pas de plombiers dans sa banque, insiste en ajoutant qu’ils n’oseraient jamais entrer dans leurs si beaux locaux.

Je n’ose pas prendre de notes et reste concentrée pour mémoriser ce moment d’anthologie. Heureusement, car cela m'aide à contenir la colère et le fou rire qui se bousculent à l’audition de ce discours satisfait. Pour faire bonne mesure, un mot sur trois est en anglais et fait appel à des notions financières totalement insoupçonnées… Je retiens à la volée mass affluent et booming .

Il poursuit en se disant très intéressé par notre profession appelée à se développer dans les années à venir. C’est la seule bonne nouvelle de cet entretien ; ils ont visiblement mené leur petite enquête et tablent sur l’expansion des sages-femmes dans un avenir proche.

Il envisage de sponsoriser nos réunions, nous fait miroiter les nombreux avantages de sa banque, souligne que le conseil patrimonial est gratuit -si nous avons la modique somme d'un million d’euros à placer ! - évoque encore une fois les plombiers qui ont un carnet de chèque au credit x alors que les cartes bleues et chéquiers de  son entreprise ont quand même plus de classe…

Il nous propose ensuite des crédits à l’installation et semble bien déçu en découvrant que non, toutes les sages-femmes n’achètent pas un appareil d’échographie. Notre monitoring annoncé entre 3000 et 5000 euros semble le décevoir.  Même en y ajoutant le reste du matériel, l’ameublement, la voiture, l’équipement informatique et un gros carton de spéculum, nous n'atteignons pas les plusieurs centaines de milliers d’euros qu'il escomptait.

Le sketch a assez duré ! Je lui demande s'il est bien renseigné sur nos revenus. Il évoque des bénéfices moyens de 50 à 60  "kilo euros"….  Je souligne qu’il parle là de chiffre d’affaire et qu’il faut au minimum le diviser par deux pour évaluer nos bénéfices réels.

Il se tasse un peu sur sa chaise ; il vient de perdre son temps avec des "pauvres"…

Pour faire bonne figure, il poursuit encore quelques minutes, cessant d’évoquer tout sponsoring pour nous proposer généreusement qu'un commercial vienne présenter - gracieusement souligne t-il ! - les avantages de sa banque lors de nos réunions.

La messe est dite.

Il nous raccompagne très poliment jusqu’à la porte. Les trottoirs des Champs Elysées sont noirs de monde. Je m’engouffre dans la bouche de métro la plus proche.
Retour à la vraie vie.

 

PS :  je note quand même qu'il s’est  humanisé pendant quelques minutes, sortant  de son rôle lisse et glacé pour évoquer l’IVG, la difficulté croissante pour y accéder et la place que les sages-femmes devraient y prendre.

 

©Photo