3786398810_443031effc_b

Le musée présente une rétrospective "Le nu dans tous ses états". Dessins, peintures, photos ou sculptures, petits ou grands formats, les corps sont exposés, livrés au regard. Que l’image soit anatomique, érotique, transcendée, rêvée, revisitée... la nudité est partout.

Elle parcourt cette exposition avec son tout petit. Porté en écharpe, lové contre sa mère, c’est à peine si on devine sa présence. Mais quand la faim se fait sentir, ses manifestations sonores la rendent plus évidente.

Au centre de la salle, de grandes banquettes confortables permettent de se reposer en contemplant les oeuvres. Dans un coin, un tabouret celui du gardien peut être, est inoccupé. Il a le mérite d’être hors du passage des visiteurs. C’est donc celui là qu'elle choisit.

Sous le T-shirt, sa main libère le sein puis remonte le pan de tissu tandis que son autre bras approche l'enfant du mamelon. Le tout ne prend que quelques secondes ; ne reste visible que le dos du bébé tourné contre sa mère. En étant très attentif, à peine peut-on deviner aux faux-plis du tissu que quelque chose se passe. Mais rien dans son attitude n'est ostentatoire, encore moins provocant.

A peine la tétée commencée, le gardien vient la chercher pour lui proposer un endroit plus confortable. Elle décline poliment, se sent bien dans la salle. Il insiste, cela pourrait être gênant. Elle le rassure, ça ne la dérange absolument pas. Mais ce n'est pas de sa gêne qu'il s'agit mais de celle supposée des visiteurs. En empaumant son coude pour la pousser à se lever, le gardien affirme à nouveau, "Vous serez mieux installée ailleurs". Pour éviter l'esclandre, elle accepte de le suivre.

C’est ainsi quelle se retrouve au fond d'un couloir sombre, à proximité immédiate de l’entrée des toilettes, installée "plus confortablement" sur un tabouret identique à celui que l'on vient de la forcer à quitter.

 

©Photo

 

PS : je travaille sur une réponse au dernier livre d' Odile Buisson. En attendant que je parvienne à publier autre chose qu'une réponse épidermique forcément maladroite, un seul conseil : n'achetez pas son livre ! Inutile de faire monter ses chiffres de vente et ses droits d'auteurs...