28 avril 2013

Timbrée

gardarem_ben

 

J’aime bien les jolis timbres ; pas pour accumuler les gravures crénelées dans de précieux albums, mais très banalement, pour le courrier. Comme un hommage rendu au papier, à l’objet. Si j’osais, je cachèterais mes envois à la cire…

Comme le cachet n’est plus vraiment de mise au temps du net, me reste l’option d’égayer mes enveloppes d’une vignette un peu plus originale qu’une banale Marianne.

Quand le stock s’épuise, je passe à la poste, espérant que le choix ne se limitera pas à «Recettes de terroir » ou « collector Claude François ». La dernière fois, il restait  d‘anachroniques «Meilleurs vœux » et les petits messages de Ben.  Va pour les messages. Pour faire bonne mesure, j’ai pris cinq carnets…

J’aurais pas du !

"J’aime écrire" m’arrache un demi rictus quand je poste un courrier en triple exemplaire (maternité/médecin traitant/gynéco) alors que les destinataires se montrent trop rarement enclins à m’écrire quoi que ce soit…

"Je suis timbré" me parait un double sens dangereux pour accompagner le règlement de mon assurance professionnelle.

"Entre nous" est un peu trop intime pour le médecin du travail que je souhaite convaincre de déclarer en inaptitude (provisoire) une femme enceinte malmenée par son employeur.

 "Enfin de l’art" n’est pas tout à fait bienvenu pour le traitement d’une infection vaginale entrainant divers symptômes inconfortables et malodorants.

"Vous êtes formidables" est un encouragement un tantinet excessif pour mes onéreuses cotisations retraites.

"Gardarem lo moral" serait de mauvais aloi pour cette femme redoutant une nouvelle grossesse trop vite venue.

"J’ai quelque chose à dire" semble un message trop explicite pour ma lettre de réclamation à l’Urssaf.

 "Pour l’instant tout va bien" est un poil anxiogène quand j’adresse copie des résultats à celle qui doit rapidement consulter un spécialiste.

"Les mots c’est la vie" n’est pas adapté à ce médecin bourru qui m’a expédiée en trois mots" Hum, oui, peut-être", lorsque je sollicitais son avis.

"Cette idée voyage" apparaît bien ironique pour le traitement d’une infection sexuellement transmissible.

"Et mots d’amour" ne convient strictement à personne si l’on veut rester strictement professionnelle !

Reste le très tautologique "Ceci est une lettre"...
Enfin m’en reste plus, curieusement les cinq sont déjà utilisés !

 

PS : à celles et ceux qui imaginent qu’il suffirait de choisir un autre timbre pour chaque situation… Essayez… pas si simple !!

 

Posté par 10lunes à 09:26 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,


21 avril 2013

Géant

 

2314156047_0e907d09cc_b

Elle fait des gestes, de grands, de très grands gestes…

Elle débute une grossesse et c'est notre première consultation. Elle a déjà une petite fille, née quatre années plus tôt. Elle affirme, selon la formule consacrée, "Tout s'est très bien passé". Les neufs mois d'attente ont été sereins, l'accouchement s'est déroulé simplement, "presque" tout seul.

Le "presque", c'est juste un "petit forceps". Je tente de lui en faire préciser les circonstances. Mon intérêt semble la surprendre. Elle s'autorise du coup un récit détaillé, décrit très précisément toutes les étapes, les premières contractions ressenties à la maison, l'arrivée à la maternité, le monitoring, l'attente, l'immobilité, la péridurale salvatrice. Puis, au moment d'évoquer la dernière phase, son corps se met en mouvement. 

Elle mime bras tendus l’arrivée de l’obstétricien, suggérant d’immenses instruments de métal brandis par le médecin.

Repousse le bureau pour suggérer une puissante traction,

Zèbre l’air à grands coups de poignet pour expliquer l’épisiotomie,

Et conclut par de grands cercles de la main figurant le trajet d’une gigantesque aiguille venant joindre les chairs.

Quelque chose me dit que son excellent souvenir affirmé en conclusion mérite d’être un peu interrogé.

 

©Photo

 

 

 

Posté par 10lunes à 08:49 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

12 avril 2013

Odile vend sa soupe

 

4977472701_be6b398772_b

Odile Buisson veut vendre son livre et elle fait le nécessaire pour qu'on en cause,  se répandant dans tous les médias, assaisonnant un peu plus les sages-femmes à chaque nouvelle occasion. La seule riposte sensée, c’est de surtout ne pas acheter son bouquin, même si vous brûlez de savoir quelles autres absurdités l’on peut y trouver, même si une telle accumulation de mépris vous donne envie de décortiquer chaque affirmation pour mieux la démonter.…

Dans le dernier article publié par Charlie Hebdo, le propos devient réellement caricatural.

L'hebdomadaire a offert aux sages-femmes une réponse de 2000 signes pour commenter l’article en ligne.

2000 signes ça peut-être trop long : "Ce torchon est un tissu de mensonges juste bon à rejoindre le compost - entrisme écologique oblige - au fond de mon jardin."

Ou trop court  : cet article fait 5050 signes ; c’est selon.

Depuis le 18 mars, j'ai publié cinq billets pour décortiquer le livre. Je l’ai fait calmement, en argumentant point par point, afin de mettre en évidence les approximations, omissions, sophismes et autres dérives de l’auteur. Et m'étais promis de ne plus y revenir.

L''argumentation est inutile face à la mauvaise foi multi martelée.

Odile se contrefout des femmes et la bannière du féminisme n’est là que pour donner un semblant de probité à une attaque qui n’est que corporatisme, mesquinerie, stupide lutte de pouvoir dont les femmes seraient, si ses thèses était reprises par d’autres gynécologues, les premières victimes.

"Qu’elles soient les gynécologues du futur, bienvenue, au contraire. Mais qu’elles se forment pour faire le boulot !"
Mais toute la question est là chère Odile, nous ne sommes pas gynécologues, nous sommes sages-femmes. Nous réalisons les dépistages et orientons vers les spécialistes quand cela est nécessaire.

Mais c’est moi la sage-femme qui vient  de repérer une contre-indication formelle à la prise d’une contraception oestro progestative  renouvelée depuis des années par un gynécologue hautement formé, c’est moi la sage-femme qui explique à la dame que contrairement à ce que lui affirme son gynéco, les anti-inflammatoires ne sont pas contre indiqués avec un DIU(stérilet) au cuivre, c’est moi la sage-femme qui donne pour 21€ les réponses que le gynéco à 80 € n’a pas daigné fournir, les dix minutes imparties à la consultation étant écoulées, et c’est encore moi la sage-femme qui explique que le retrait n’est pas une méthode de contraception alors que le gynéco s'est contenté de différer (sans autre bonne raison que sa propre habitude) la prise de pilule, demandant d'attendre le retour de couche. * 

Je connais de nombreux gynécologues qui font extrêmement bien leur travail, se montrent disponibles, sont à l’écoute de celles qu’ils reçoivent, soucieux d’adapter traitements et conseils à chaque personne accueillie. Ceux-là - étonnamment ! -  se réjouissent de notre collaboration qui libère un peu de leur temps pour les situations nécessitant leur expertise.

"Elles sont de profession médicale, bien sûr, mais elles n’ont pas franchement de comptes à rendre".
Pas de compte à rendre ? Nous en avons, et comme tout soignant, à rendre d’abord à celles dont nous prenons la santé en charge. Ce qui défrise Mme Buisson, c’est  que les sages-femmes osent s’affranchir de la tutelle des gynécos pour imaginer travailler en partenariat plutôt que sous leurs ordres !

"Et moi, je n’aime pas trop les milieux clos féminins, où il peut y avoir un entrisme écolo ou religieux".
Quelle belle leçon de féminisme ! Ces pauvres êtres influençables que l’on nomme femmes seraient donc à la fois en quête perpétuelle de gourou et incapables de se défendre des attaques écologistes (j’avoue, j’ai ma carte EELV) ou religieuse (suis pas baptisée, j’ai bon ?).

"Parce que, dans les maisons de naissance, les sages-femmes ont le droit de faire des dépassements d’honoraires…"
Rappelons que les maisons de naissance n'existent pas mais que, dans l' attente d'une expérimentation officielle, certains lieux tentent de s'en rapprocher. Le seul visité par Madame Buisson est Pontoise et les sages-femmes y sont salariées.
D'autres sages-femmes, ailleurs, pratiquent l’accompagnement global. Elle sont disponibles à chaque instant le dernier mois de la grossesse, assument l’entière responsabilité de l’accouchement, accompagnent tout le déroulement du travail, de la naissance et des heures qui suivent pour 313 € dont il faut retirer au minimum 50 % de charges… plutôt que déplorer d'éventuels dépassements d'honoraires, Odile Buisson aurait pu à raison s'offusquer de ces tarifs ridicules.
Le reproche est en outre particulièrement savoureux venant de celle qui a choisi d’exercer en secteur 2 (cf site ameli-direct.ameli.fr)

 

Voilà, il suffit ! Vos erreurs et errances ne méritent pas que l'on s'y attarde plus.  D'aucuns ont pu vous croire sincèrement préoccupée par la santé des femmes. Vous ne défendez que vous même.

Mais les femmes, soyez en certaine, n'en sont pas dupes.

 

 

*hasard ou coïncidence, je jure que trois de ces quatre situations datent de moins de 24 heures.

©Photo

08 avril 2013

Odile n'aime pas du tout les sages-femmes (5)

 

389838066_81de94b72e_o

J'avais promis d'y revenir, Odile Buisson n'aime pas les sages-femmes. Evidemment peu de critiques directes, il ne faudrait pas prendre le risque d'une plainte.

La quatrième de couverture annonce la couleur en évoquant une "gynécologie low cost pratiquée par des intervenant non médecins" pour enchainer immédiatement "Toutes les conditions pour un grand bon en arrière sont réunies. Sale temps pour les femmes". Devinette : qui en France a le droit de réaliser des actes de gynécologie en dehors des gynécologues ?  Les médecins généralistes et les sages-femmes. Les premiers étant  médecins, qui est ici implicitement désigné responsable du "sale temps pour les femmes" ?

Odile Buisson attaque en restant inattaquable, distillant allusions, adjectifs choisis et insinuations.

Attaque quand elle évoque les "nouveaux métiers de santé". "Désormais, ce n'est pas au cabinet du Docteur Machin que vous irez pour votre surveillance de cancer mais à celui de Madame Michu, fraichement diplômée en 80 heures de cours"*. Les sages-femmes se savent doublement désignées, d’abord par le choix pas tout à fait innocent du féminin, cette Madame aurait pu tout aussi bien être un Monsieur Michu– désignées aussi par le temps de formation annoncé car 80heures est le temps moyen de formation théorique pour les DU (diplômes universitaires) de suivi gynécologique de prévention, certains DU étant d’ailleurs ouverts conjointement aux sages-femmes et aux médecins généralistes. Ce raccourci omet simplement que ces heures de cours se complètent d’heures de stage - est ce que le temps de formation d'un médecin se résume aux heures passées sur les bancs de la fac ? - de travail personnel, mais surtout qu'elles viennent s’ajouter à un diplôme obtenu après 5 années d'études (dont 500 heures de formation gynéco).

Attaque encore cette improbable liste de "petits métier" qu'elle se plait à imaginer "frotteur de col utérin, inciseur d'hémorroïdes, vaccineur de bébé, poseur de stérilet, toiletteur du 3ème âge, peseur de nouveau-nés".  Que quatre de ces six propositions soient déjà assurées par les sages-femmes n’est surement que le fait du hasard ! Il est par ailleurs savoureux de les voir ainsi soupçonnées de vouloir "faire de chaque morceau du corps humain une petite entreprise qui ne connaît pas la crise" alors que les sages-femmes revendiquent haut et fort les moyens d'une prise en charge plus globale.

Attaque toujours ce récit de grossesse non désirée survenue après la pose d'un stérilet par un "professionnel de santé" ( lire sage-femme, en dehors des médecins, elles sont actuellement les seules autorisées à poser des dispositifs intra-utérins). Odile Buisson se régale de la description échographique "d'un stérilet inséré dans le col utérin. L'absence de douleur et de saignement fait plutôt penser qu'il y a été malencontreusement placé lors de la pose". Et hop, preuve serait faite que les sages-femmes sont incapables de poser correctement un DIU. Oui mais non ! L'expulsion d’un DIU bien placé n'est pas toujours accompagnée de douleur et de saignements (cf cette notice précisant qu'il est bon de contrôler les fils après les règles)Que le gynécologue qui n'a jamais connu cet incident me jette la première pierre...

Saluant la santé des françaises dont le  taux de cancer du col est le plus bas d’Europe, Odile Buisson s’offusque "qu’il soit de plus en plus souvent répliqué : n’importe qui peut faire un  frottis" (n’importe qui en l’occurrence, ce sont les  médecins et les sages-femmes) et termine le paragraphe pas un méprisant "oui bien sur, les vétérinaires aussi… " Les vétérinaires apprécieront ! 

Evoquant la visite de la maison de naissance de Pontoise, Odile Buisson souligne  "D'emblée il est expliqué qu’il ne faut pas confondre les maisons de naissance avec les espaces physiologiques qui s'ouvrent dans les maternités publiques ou privées ; les premières sont indépendantes des médecins les secondes ne le sont pas". La formulation laisse à penser que la seule préoccupation des sages-femmes serait de se libérer de la tutelle des médecins. Mais travailler en autonomie signifie avant tout se dégager des nombreux protocoles mis en place afin de donner une cohérence aux prises en charge assurées par de multiples intervenants. Ces prises en charge standardisées n’ont que peu de place  en maison de naissance où la globalité du suivi permet une adaptation à chaque situation rencontrée.

Mais pour Odile Buisson, interroger nos façons de faire est forcément suspect. "Il existe chez les sages-femmes et parfois chez les médecins un petit lot d’extatiques de la matrice". Voyez comme le parfois des médecins laisse entendre le souvent des sages-femmes. Elle développe ensuite, "volonté de religiosité, morale conformiste et souvent bourgeoise de la sujétion à la douleur"… Oserai-je ce mauvais jeu de mot, la messe est dite et les sages-femmes qualifiées dans le paragraphe suivant de "nouvelles matrones ordinales".

Car les soignants mis en cause sont presque exclusivement les sages-femmes. Quand certains comportements de médecins pourraient être dénoncés, le "on" vient avantageusement remplacer le nom du professionnel. Ainsi dans le récit d'une femme ayant fait une fausse couche et plusieurs fois renvoyée par les urgences, ce n'est pas le médecin qui la refoule mais  "on" et "on" aussi qui lui dit qu'il faut attendre ; quand elle appelle le 15 ce n'est pas un médecin régulateur mais "on" qui se borne à  lui conseiller de consulter en ville. A l’inverse, quand elle est enfin reçue, l'interne est désolé et le médecin attentionné.

Les sages-femmes, elles, ne bénéficient pas de ce "on" générique et protecteur.  

Par exemple dans ce récit d’un accouchement difficile mettant plus qu’à mal le projet de naissance d’un couple. La sage-femme "rétorque sèchement", à la ligne suivant elle est qualifiée de "cerbère", deux phrases plus loin "elle se crispe et ne donne pas dans l’empathie" et lorsque la mère hurle et se débat, elle est attachée et "la sage-femme indifférente observe : elle est agitée". L’obstétricien sera pour une fois lui aussi qualifié de rustre et de sale type.

Loin de moi l’idée de défendre à tout prix ma corporation, être sage-femme ne garantit aucune qualité, ne préserve d'aucun défaut…
Mais à la fin de ce récit apocalyptique la femme est "très remontée contre les sages-femmes de l'hôpital". Le rustre a soudainement disparu.

Si les sages-femmes de Pontoise sont accusées de refuser une péridurale à leurs patientes, d'autres l'imposent. Dans une autre maternité, une jeune  femme arrive dans le service en fin de travail. "La sage-femme appelle l'anesthésiste", adroite ellipse qui évite de préciser si c'est du fait d'une demande maternelle. Il nous est expliqué que la future mère a passé "une nuit atroce, percluse de douleurs abdominales", en soulignant  qu’elle a été renvoyée la veille par la sage-femme … "La patiente lui dit, c'est trop tard, j'ai envie de pousser, je sens qu'il arrive. La sage-femme rétorque – vous l’aurez remarqué, une sage-femme ne répond pas, elle rétorque - qu'elle a encore du temps et la péri est posée".

Décidément, les sages-femmes ne semblent jamais respecter les souhaits des femmes.

Paradoxalement, Odile Buisson conclut son ouvrage en saluant  la création d’un Institut de santé génésique dirigé par Pierre Foldes "fédérant médecins, sages-femmes, infirmières, et membres d’autres professions".

Fédérer les professionnels, cela peut se faire au sein d’un même lieu, mais aussi d’une ville, d’un réseau de soin.
Fédérer, c'est mutualiser les compétences et les savoirs pour se mettre au service des patients.
Fédérer, c'est reconnaître et respecter chaque maillon de la chaîne de soin parce que la santé se construit avec chacun d'eux.
Mais comment imaginer ce partenariat quand l'un distille autant de mépris pour l’autre ?

Odile Buisson, j'aimerais croire que vous vous souciez réellement de défendre la santé des femmes et non l’hégémonisme médical...
Mais j'ai comme un doute.

 

NB: Il y a un an, j'avais choisi l'humour pour dénoncer d'autres propos incendiaires d'Odile Buisson. Mais la répétition des attaques est lassante...

 

*En aucun cas les sages-femmes ne surveillent un cancer… Par contre elles participent activement à leur dépistage.

 

©Photo

 

Posté par 10lunes à 09:34 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 avril 2013

Odile n'aime pas les maisons de naissance (4)

 

164679659_a0acb1a9c0_z

Parfois, on se surprend à acquiescer. Odile Buisson constate "Un certain nombre de femmes se disent fatiguées de devoir subir tant de médecine pour un acte si naturel". Mais ce n'est que pour mieux les cataloguer. "Certains groupements associatifs (...) se chargent de repasser le cerveau des bougresses. Le credo de ces associations est un hymne à la tradition. Fonction principale d’une femme : mère ! Comment devenir une mère en accouchant dans le ressenti de la douleur".

Seuls des esprits faibles manipulés par des "groupements"(lire secte) pourraient souhaiter se réapproprier le moment de la naissance ?

Odile Buisson visite la presque maison de naissance de Pontoise. Comme à son habitude, la charge est lourde. Si une première description factuelle évoque avec honnêteté un "espace de liberté, convivial, respectant l’intimité du couple", très vite elle s'interroge sur ce qu'ils viennent y chercher. "Est ce vraiment l’accouchement dit naturel (...) ou plutôt les conditions d’écoute et d’attention exceptionnelles ?"
L'un ne va pas sans l'autre ! Et trouver écoute et attention de la part des soignants est une attente, plus que légitime, de toute femme enceinte, quel que soit le lieu de son accouchement.

Plus fort encore, Odile Buisson envisage que ce soit "le luxe de l'hôtellerie" qui attire les parents. Je laisse chacun juger de ce supposé luxe à travers les photos disponibles sur le site du centre hospitalier de Pontoise. Que ce lieu soit accueillant, nul ne peut en douter, mais luxueux ? Imaginer que les femmes y viennent pour les locaux est d'autant plus absurde que la maison de naissance n'est pas un lieu d'hébergement. On y accouche - et encore, pas tout à fait puisque l'expérimentation n'est toujours pas inscrite dans la loi - mais l'on n’y séjourne pas.

Odile Buisson poursuit sa charge en comparant un peu rapidement les fonctionnements "la maison (...) mobilise deux sages-femmes pour 100 accouchements annuels soit une sage-femme pour 50 accouchements. Dans la maternité, elles ne sont que six sages-femmes pour assurer 4700 accouchements". Si ces chiffres étaient exacts, une telle disparité serait effectivement scandaleuse.
En réalité le temps de travail des sages-femmes de la maison de naissance correspond à 1,80 équivalent temps plein (elles sont salariées) pour 100 femmes suivies par an. Le centre hospitalier en a assuré lui 4760 en 2012 avec 60 sages-femmes mais aussi de nombreux autres personnels. Rien de choquant pour autant ; le centre hospitalier est un type 3 qui gère des situations complexes mobilisant les équipes.

Odile Buisson ne conçoit l’accouchement qu’"effroyablement douloureux". Elle le martèle dans les médias"sur une échelle de 0 à 10, la douleur de l’accouchement est cotée à 12", formule efficace mais forcément erronée*.  A se demander comment font les 20% de françaises qui n'ont pas recours à la péridurale ? Et qui n’accouchent pas en maisons de naissance puisqu’elles n’existent pas encore...

Ce qui la chagrine le plus serait cette "petite ombre restrictive (...) quand une maman vient accoucher, elle doit renoncer définitivement à une éventuelle péridurale, même si en raison de l’effroyable intensité de ses douleurs elle la réclame, il faudra qu’elle s’en passe coûte que coûte". Cela est présenté comme une différence majeure avec les espaces physiologiques des maternités où "une femme submergée par la douleur peut obtenir une péridurale dès qu’elle la demande".
Bien évidemment, il est toujours possible de transférer une mère vers le plateau technique si une péridurale est souhaitée. Mais les sages-femmes ont l'honnêteté de se montrer exhaustives dans leur présentation, précisant que certaine femmes demandent une analgésie puis décident de s'en passer grâce au soutien qui leur est apporté. Situation qu'Odile Buisson transpose en un despotique "ne pas céder à leur demande" traduisant une vraie méconnaissance des hauts et bas que peut traverser une femme en travail, par moment en mesure d'accueillir sereinement ses sensations, à d'autres submergée et découragée puis trouvant à nouveau l’apaisement.
La question n’est pas de refuser, de ne pas céder, mais de proposer des alternatives pour respecter au plus près le projet initial de la femme. Est-il nécessaire de le préciser, la décision lui appartient ; toujours.

Mais Odile Buisson imagine un autre motif au soutien des sages-femmes, bien moins noble. Si l’on s’oppose ainsi à la péridurale en maison de naissance c’est que tout le monde y aurait recours si elle n’était pas proscrite "et les lobbies qui vivent de leur lubies n’aurait plus qu’à plier pancarte et rendre l’argent de leur subvention".
Ainsi nous militerions pour mieux garnir nos porte-monnaie... Avec plus de 15 années de bénévolat au compteur, je me dis que j'ai du rater quelque chose.

Mais revenons à Pontoise. Locaux luxueux mais équipement défaillant. Odile Buisson s’étonne "aucun équipement médical n’est utilisé que celui des sages-femmes. Des gants en latex ? Une sonde pour les bruits du cœur ? "
A se demander si les sages-femmes ne coupent pas le cordon avec les dents !
Peu de technique est une évidence en maison de naissance où prime le respect de la physiologie. Si une intervention s'avère nécessaire, il est plus que logique de changer de lieu pour accoucher dans une salle traditionnelle et traditionnellement équipée.

Certains prônent des espaces physiologiques aux frontières moins définies.
En préparant ce billet, je suis tombée sur une étude récente qui conclut à l'imprévisibilité de l'accouchement et l’impossibilité de sélectionner le bas risque ! En comparant un groupe bas risque et un groupe dit à haut risque, l'étude dénombre en effet plus d’intervention de l’obstétricien dans le premier groupe (21 versus 12 %).
Edifiant ?  A un détail près : dans le groupe bas-risque, on retrouve 76,8% de péridurale et 77,3 % de perfusion d'ocytocine.

On est loin - très loin - très très loin - du respect de la physiologie prôné en maison de naissance.
Mais en faisant mine de l'ignorer, leurs détracteurs tracent leur sillon en dévoyant la notion même de bas-risque. **

 

PS, si la photo d'illustration de ce billet vous semble caricaturale, et bien vous avez raison ! Chacun son tour ...

à suivre....

 

* Echelle orale d'évaluation de la douleur : Le soignant demande au patient de quantifier sa douleur sur une échelle virtuelle allant de 0 "Douleur absente", à 10 "Douleur maximale imaginable".

**Cf cette autre étude à la conclusion semblant "intéressante" (mais je n'ai accès qu'au résumé). 

Edit du 03.04 : grace à la solidarité du net, j'ai reçue l'étude évoquée ci-dessus. Merci !!  Il ne me reste plus qu'à trouver le temps de la lire en oubliant mon piteux niveau anglais...

 

©Photo Jyn Meyer

 

 

Posté par 10lunes à 09:05 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : , ,