21 décembre 2009

Zélé

Elle a passé une très mauvaise nuit, attentive au rythme et à l’aisance de sa respiration, à l’évolution de sa toux,  redoutant l’apparition de fièvre.

Une seule raison à son insomnie, une consultation la veille au soir pour une simple toux, sans autre symptôme.

Le médecin qui l'a reçue a immédiatement évoqué une grippe A. Il l’a mise en garde contre la gravité de l’infection, soulignant que c’était une maladie dangereuse pour elle et son enfant, rappelant qu’une femme en était morte la semaine précédente.
Pour faire bon poids, il lui a longuement décrit l’ensemble des signes d’aggravation,  l’enjoignant à se rendre au plus vite aux urgences au moindre de ces signes.

Elle n’a même pas de fièvre.
Mais ces conseils avisés lui ont fait passer la nuit la main sur sa poitrine à s’écouter anxieusement respirer.

PS : au sujet de la grippe H1N1et de l'organisation des soins, un excellente analyse à lire ici

Posté par 10lunes à 12:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


29 novembre 2009

Numérisés

La grippe H1N1 commence à changer les habitudes et de nombreuses maternités limitent les visites aux accouchées. Je peine à comprendre ce que peut changer cette interdiction qui se compensera par une invasion dès le retour à domicile, de plus en plus rapide du fait du surbooking des établissements.
Il serait plus légitime d'insister sur une règle de bon sens élémentaire, pas de visite à un nouveau-né lorsque l'on est malade et contagieux, quelque soit le lieu. Nous pourrions surtout saisir l’occasion pour rappeler qu’un bébé n’a nul besoin d’être pris, embrassé, cajolé par de multiples inconnus. Les bras familiers de ses parents lui sont tout à fait suffisants.
A l'heure de la rentabilité exigée des établissements de santé, prendre le temps d'expliquer devient un luxe. Le message sera donc simple et on choisit d'interdire.

Mais ce qui me fait réagir aujourd’hui n’est pas la limitation des visites mais les commentaires qui en sont fait dans cet article trouvé ici.

Les proches sont donc des empêcheurs de travailler en rond. Non seulement ces visites troublent nos routines professionnelles mais elles retardent la prise de poids des enfants…  Même si l’on peut pressentir que le journaliste s’est emparé d’une phrase lancée -je l'espère- comme une boutade par la sage-femme, l’imprimer noir sur blanc est une atteinte au bon sens.

Bien sur, le cortège des visites peut envahir une chambre, fatiguer la mère, déranger le bébé, chacun voulant s’émouvoir de ce tout-petit niché au creux de ses bras.
Bien sur il est parfois lassant pour une femme de subir de multiples récits d’accouchement, chaque autre femme passant venant immanquablement convoquer les moments marquants de ses propres expériences.

Cependant, ce défilé des plus ou moins proches au pied du berceau est un rituel d'accueil, reconnaissant le nouveau-né et sa mère comme membres de la "tribu". Présenter l’isolement comme le summum du confort et de la "sérénité" est un déni d’humanité, déni difficile à compenser par une simple webcam…

Posté par 10lunes à 12:24 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,