25 octobre 2012

Bruits

2994066524_21f2a2a80e_z

Le week-end dernier, un fait divers dramatique a occupé les médias qui ont unanimement relayé une version simpliste et reprise en boucle, à base de déserts médicaux et de fermetures des maternités de proximité. Après les médias se sont engouffrées les représentations professionnelles, reformulant les faits pour mieux les faire coïncider avec leurs propres combats. Les politiques ont renchéri - persistance de l'absurde agitation coutumière au mandat précédent ? - Le président a demandé publiquement l'ouverture d'une enquête administrative et MN Lienemann, sénatrice PS, réclamé un moratoire sur la fermeture de maternités. Enfin, Pelloux en a appellé aux maisons de naissance. Je devrais m'en réjouir mais là encore, il ne s'agit que d'attirer la lumière ; une maison de naissance n'est pas un lieu d'accueil pour un enfant prématuré.

Chez les sages-femmes, ça bruisse aussi. Elles se sentent oubliées, les médias ont causé maternités, gynécologues, mais pas d'elles. Il faudrait réagir. Ca discute, ça temporise... les uns et les autres finissent par publier leurs communiqués. 

Quelle que soit la justesse des causes défendues, cette curée où chacun tente d'utiliser l'émotion (le voyeurisme ?) me désole. Le monde médiatique semble ainsi fait que nous ne puissions débattre sur la place publique qu'à "l'occasion" d'un drame individuel ...

Mais la difficulté d'accès aux soins n'est pas que géographique. Dans le même temps, les syndicats de médecins négocient leurs (tarifs) pardon, leurs dépassements d'honoraires. Les raisonnements spécieux fleurissent, invoquant le non remboursement par l'assurance maladie des dits dépassements pour contester sa place dans ce débat. La belle idée de 1945, garantissant un égal accès aux soins pour tous, est balayée. Oui les tarifs médicaux ne sont pas toujours à la hauteur des études/des responsabilités/du temps passé/de l'investissement- cf ce billet de Fluorette, médecin généraliste, qui détaille comment son exercice se vit au quotidien. Mais comment peut-on parler de santé en parlant de loi du marché ?! Certains osent évoquer les cabinets débordant des spécialistes en secteur 2 pour expliquer que les gens se font soigner, quelque soit la part restant à charge ! Et quid de ceux qui n'ont pas ou plus les moyens ? Que sont devenues les valeurs solidaires ? 

Et si vous voulez avoir une idée de ce que serait la santé sur le modèle américain, quand les assurances privées sont aux commandes, ce qui semble en train de se profiler en France, je vous invite très fort à lire cet article paru en 2009. Mesurons notre chance et faisons tous en sorte que le système ne s'effondre pas.

La politique de santé ne se pense pas dans l'urgence mais il y a urgence à la repenser.

 

 

PS prosélyte... :

Si j'étais médecin, je serai syndiquée au SMG 
Et comme je suis sage-femme, je suis syndiquée .

 

 

©Megatron Matrix - Nam June Paik


15 octobre 2012

Je crois que c'est la SMAM

 

5806657410_885283fdbc_b

La SMAM (Semaine Mondiale de l'Allaitement Maternel) est annoncée. J'ai juste un ballot problème de dates, pour l'OMS c'était en août, pour la Leche League début octobre et pour la COFAM, elle commençait hier...  Mondiale quoi.

Qu'importe, c'est l'occasion d'évoquer ce joli film - une fois la première minute passée - montrant un nouveau-né partant à la recherche du sein maternel.

Dans la maternité de mes études, un reportage pédagogique s'était tourné sur l'allaitement. Faut dire que l'on partait de très loin. En quelques étapes :

1. L'enfant est subtilisé dès la naissance pour être surveillé en incubateur où on lui donnera son premier biberon.  "Allaitez ? Vous n'y pensez pas, le lait artificiel est un aliment de qualité, dont la composition et le dosage sont soigneusement calculés pour répondre aux besoins de votre enfant".

2. L'enfant reste quelques minutes avec sa mère puis est placé deux heures en incubateur pour surveillance. Il ne sera mis au sein qu'ensuite. Cela consistant à empoigner le sein maternel tout en projetant le bébé vers le mamelon jusqu'à ce qu'il consente à ouvrir la bouche. "Il ne sait pas téter, ce sera plus simple de lui donner le biberon".

3. L'enfant est laissé sur le ventre maternel puis retiré pour être aspiré/examiné/pesé/mesuré /habillé. Il est ensuite rendu à sa mère. Un peu dérouté par tous ces événements, il ne trouve pas le mamelon et doit être guidé pour sa première tétée. "Il n'est pas très doué, va falloir vous accrocher".

4. L'enfant reste longuement en peau à peau. Révélation, il est capable de prendre le sein tout seul, sans que personne n'intervienne *...

Le film, c'était entre les deux dernières étapes. Il devait prouver la capacité du nouveau-né à ramper vers le sein. Mais dans cette moderne maternité des années 70 aux protocoles incontournables, nul n'imaginait laisser longtemps un enfant en "peau à champ" (le champ stérile couvrant un épiderme maternel réputé infesté de germes était un autre incontournable). A chaque naissance, le bébé était donc posé sur sa mère, sous l'œil bienveillant de la caméra guettant la reptation annoncée... Nous attendions quelques secondes ? minutes ? De toute façon pas assez longtemps pour que l'enfant soit prêt. La déception succédait à l'attente, la caméra était stoppée et le nouveau-né emmené dans la salle voisine pour être "pris en charge".

Naissance après naissance, les enfants s'obstinaient à ne rien faire. Heureusement, un petit détail omis jusque là nous a donné la solution. Un simple détail de ... cadrage qui permit à une main hors champ de pousser le nouveau-né. Jamais reptation ne fut plus spectaculaire !

N'étant plus à une approximation près, la femme filmée sous la douche pour expliquer le massage des seins en cas d'engorgement était non pas une jeune accouchée, mais la plus jolie fille de l'équipe, sans enfant. Sa poitrine n'avait jamais sécrété la moindre goutte de lait...

La pédagogie semble excuser quelques entorses à la vérité.

 

*Fiche LLL "Accueil du nouveau-né en salle de naissance"

 

©Photo

 

Posté par 10lunes à 11:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre 2012

Voix off, flou on

 

290689576_5842b1bd48_o

Le magazine de la Santé (France 5) consacrait cette semaine sa série "In vivo" aux sages-femmes. L'ensemble des émissions est disponible sur le site et une rediffusion est programmée demain samedi à 13h25.

Le reportage montre des sages-femmes autonomes, présentes dans tous les secteurs de la maternité, praticiennes accomplies, chaleureuses, efficaces, compétentes.

Pourquoi alors ma diffuse insatisfaction ? 

L'émission est ainsi présentée :
La grossesse n'est pas une maladie. Forte de cette évidence souvent oubliée, la maternité de l'hopital Necker redonne toute leur place aux sages femmes. Elles sont désormais seules en scène pour assurer la prise en charge des femmes avant, pendant et après leur acccouchement, tant qu'aucun problème médical n'apparait bien sûr. Echographie, accouchement, allaitement, babyblues, leurs compétences sont aujourd'hui pleinement reconnues.

Voilà ce qui me chagrine ! La voix off trouble le message porté par les images. L'exercice autonome des sages-femmes est présenté comme une innovation de l'hopital Necker alors que c'est ainsi dans toutes les maternités de France ; l'accent est mis sur la nouveauté, laissant penser que ces compétences nous ont récemment été octroyées. Si cela est vrai pour le "suivi gynécologique de prévention" (simplement cité au dernier épisode), c'est faux pour toutes les autres activités évoquées. Même l'échographie est une compétence de longue date des sages-femmes.

Mais surtout, la petite phrase "tant qu'aucun problème médical n'apparait" ponctuée par un "bien sûr" fortement appuyé, vient contredire la présentation, comme une affirmation de notre totale dépendance aux médecins. Elle omet que le dépistage de ces "problèmes médicaux" est de notre ressort et que nous prenons en charge certaines  - évidemment pas toutes - de ces situations sans avoir à en référer aux médecins.

Je n'évoque ici que l'introduction, répétée à chaque épisode. Mais ce sentiment de décalage entre les images et les mots persiste au fil des commentaires.
D'autres praticiens, sages-femmes et médecins, m'ont confirmé que cette impression de flou était partagée.

Peut-être sommes nous des chipoteurs acharnés. A chacun d'en juger après avoir vu mais surtout écouté ce documentaire.

 

©Photo

 

Posté par 10lunes à 14:40 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 octobre 2012

Juste valeur ?

516138699_d55db75da2_b

C’était quelques jours avant la revalorisation de notre consultation (passée à 21€ depuis le 15 septembre).

Elle arrive en cours de grossesse parce que ses "exigences" horaires ne conviennent pas à son gynécologue qui lui aurait dit « Si vous voulez des rendez-vous après 18 heures, vous n’avez qu’à aller voir une sage-femme ». C’est en tout cas ce qu’elle me raconte pour expliquer notre rencontre un peu tardive. Le code du travail autorise*les absences pour les consultations règlementaires mais bien que salariée, sa situation professionnelle ne lui permet pas de faire jouer cet article sans risquer de perdre son emploi.

Je la reçois donc en fin de journée. Comme trop souvent, son médecin n’a pas jugé utile de me transmettre un dossier. Son parcours de vie émaillé de petits mais nombreux problèmes de santé occupe une bonne partie de la consultation. La partie suivante est consacrée à l'avalanche de ses questions inquiètes. C’est la première fois semble-t-il qu’elle peut évoquer la masse de scénarios angoissés accumulés depuis le projet de cette grossesse.

Examen clinique (après avoir argumenté l’inutilité du toucher vaginal systématique), prescription du bilan mensuel (en expliquant ce qui est recherché) ; il est presque 20 heures quand la consultation se termine.

-"Voilà vous me devez 19 €. Je vais prendre votre carte vitale, vous serez remboursée dans les cinq jours et j’attends pour poser votre chèque.

- Oui d’accord mais je croyais que pendant la grossesse on était couverte à 100% ?

- Tout à fait, vous serez remboursée de la totalité par la sécurité sociale, sans mutuelle.

- Oui mais pendant la grossesse on est bien prise en charge à 100% ?

- Bien sûr, c’est ce que je viens de vous dire.

- Mais si je suis à 100% pourquoi je devrais avancer l’argent ?

- Parce que la prise en charge 100% et le tiers payant, ce n’est pas pareil. De toute façon, je ne déposerai pas votre chèque à la banque avant que vous ne soyez remboursée.

- Ah bon, mais pourquoi je dois vous payer ?

.....

- Parce que notre rendez-vous a duré plus d’une heure, qu’il est tard et que je trouve normal d’être payée pour mon travail ! Pas vous ?

- Si si… " dit elle en extirpant - lentement - un chéquier de son sac.

Déontologiquement correcte, je n’ai pas évoqué les dépassements d’honoraires - connus et conséquents - de mon "confrère" gynécologue.

 

*Article L1225-16 du code du travail ; ça peut toujours servir !

 

©Photo

 

Posté par 10lunes à 08:28 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,

01 octobre 2012

Prix d'excellence

2947069706_8fdd361b8a_b

Il faudra que je pense à remercier le Syngof qui se montre attentif à mes pannes d’inspiration et me donne régulièrement - un peu trop - matière à billets.

Voici donc un nouveau communiqué tout poli tout lissé pour s’étonner «de l’appel lancé par l’ordre des sages-femmes incitant les femmes françaises à les consulter en gynécologie»

"L’appel" est pourtant plus que discret ; il ne s’agit que d’une page sur le site de l’ordre intitulée «Histoire de la profession» qui, entre autres éléments, cite la compétence accordée aux sages-femmes depuis juillet 2009 dans le suivi gynécologique de prévention.

Le Syngof lance des attaques récurrentes contre notre profession. Les arguments utilisés sont eux aussi récurrents. Mes réponses finissent par l'être tout autant.

J'aurais donc pu bouder ce énième avatar de "c'est qui qu'est le meilleur" si, dans sa volonté de convaincre, le Syngof n'avait pas usé d'un nouveau qualificatif à notre égard. Soudaine reconnaissance «Elles [les sages-femmes] excellent en salle de naissance ». Cette reconnaissance se tempère cependant rapidement par le «dévouement» qui suit. Chers confrères, plutôt que de dévouement, parlons de compétences. Je ne me dévoue pas à mes patientes, j’exerce mon métier. Et si j’y trouve de grandes satisfactions, abnégation et renoncement, grands compagnons du dévouement, ne font pas partie de ma vie.

Donc nous excellons en salle de naissance alors que l'année dernière, le même Syngof souhaitait «demeurer vigilant sur la sécurité de l’accouchement qu'elles [les sages-femmes] ne peuvent assumer seules». Loin de moi l'idée d'affirmer l'inutilité des obstétriciens. Mais la tournure de la phrase et le contexte du moment laissaient à penser que nous n'étions que de stupides exécutantes.

La lutte de territoire semblant se déplacer sur le terrain de la gynécologie, le Syngof nous accorde enfin toutes les qualités en obstétrique.

Quoique..  le petit lapsus de ce communiqué de presse prouve que rien n’est gagné. Nous excellons (permettez-moi de me régaler de ce verbe)  mais «depuis toujours, les femmes françaises ont une relation privilégiée avec leur gynécologue - le "gygy" cher à Borée ? - ou généraliste pour tout ce qui concerne le suivi de leur grossesse ».

"Depuis toujours" est à la louche aussi précis que "ça fait bien longtemps", oublie l’histoire de l’obstétrique pratiquée par les ventrières bien avant que les arracheurs de dents (ancêtres des chirurgiens) ne viennent s’en mêler. L'imprécision du terme évite de s'interroger sur la répartition optimale des rôles entre sages-femmes et médecins. Mais surtout, cette affirmation convaincue élude une réalité : de plus en plus de femmes choisissent de s'adresser aux sages-femmes. 

Le résultat de l'excellence sans doute...

 

 

©Photo

Posté par 10lunes à 09:15 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , ,